LE RÔLE DE L'ASSOCIATION
PRESENTATION
Cette association a été créée pour aider les primates et les félins abandonnés, saisis par les autorités sur le territoire français.

Ses objectifs :
- Sauver l'animal
- Le soigner
- Le "désimpregner"
- Le sociabiliser
- Le placer dans une autre structure

La possession d’un animal sauvage étant interdite par la loi, les autorités se trouvent confrontées aux placements d’animaux sauvages détenus illégalement par des particuliers.
Dans les structures de Tonga Terre d’Accueil, nous recueillons et sociabilisons des singes ou des fauves en vue de leur placement dans des parcs zoologiques.

S’il est difficile d’accueillir un animal solitaire, les parcs zoologiques montrent d’avantage d’intérêt pour un groupe déjà formé. Les chances de les replacer seront donc augmentées. Concernant les animaux qui ne pourront être replacés ou intégrés, l’association s’engage à leur garantir un cadre de vie décent et à s’occuper d’eux jusqu’à leur mort naturelle.

Adoptée en 1973 et entrée en vigueur en 1975, la Convention sur le Commerce International des Espèces de faune et de flore Sauvages menacées d'extinction (Cites), ou plus simplement Convention de Washington, réglemente le commerce international des espèces pour s’assurer de leur survie.
En France, les personnes qui détiennent ou transportent des spécimens d’espèces protégées par la CITES et par la réglementation communautaire, doivent être en mesure de justifier à tout moment de la régularité de cette détention.


POURQUOI RECUEILLIR LES ANIMAUX ?
A l’heure actuelle, il n’existe aucune structure d’accueil pour les primates et les fauves saisis par les autorités.
En conséquence, ces dernières, pour faire appliquer la loi, n’ont d’autre solution que d’euthanasier les animaux trouvés ou saisis.

Au cours des dernières années, nous avons construit différents bâtiments pour offrir des espaces adaptés, mais nous sommes très sollicités : notre centre est unique en France.

Les animaux recueillis sont saisis pour absence d'autorisation de détention pour, mauvaises conditions de détention ou mauvais traitements, et proviennent de particuliers, de cirques, ou de laboratoires.

C’est le personnel du parc zoologique qui s’occupe des animaux recueillis.
Les animaux accueillis ont chacun leur propre histoire, vécu et, parfois, un traumatisme particulier. L’association ne s’occupe donc que des espèces dont elle connaît les réactions et les comportements sociaux, en l'occurence, les félins et les primates.
Mais loin d’oublier les autres espèces, l’association s’efforce de promouvoir ce concept afin que, bientôt, d’autres parcs zoologiques accueillent à leur tour des animaux saisis.

Nous avons cependant répondu favorablement à des demandes de placement concernant des émeus, nandous, ouistitis, reptiles...

L'HOMME ET LA NATURE
Le trafic d'animaux sauvages
Si la déforestation, l'urbanisation et la pollution sont les causes premières de la disparition des espèces animales et végétales, le trafic d'animaux a lui aussi un impact non négligeable sur certaines espèces et sur l'équilibre qui en dépend.
En Afrique, le tourisme est une des causes majeures du braconnage, les animaux capturés sont destinés à servir de nourriture sous le nom de «viande de brousse» ou à finir comme animal de compagnie chez des particuliers.
C’est contre ce dernier phénomène que les douanes françaises et les autorités compétentes tentent de lutter sur notre territoire. Devant l’ampleur des trafics, les moyens semblent aujourd’hui inadaptés pour enrayer ce marché frauduleux.

Les maladies transmissibles
Certains animaux peuvent aussi être vecteurs de maladies dangereuses pour l’Homme ou pour les espèces vivants sur le territoire d’importation.

Expériences scientifiques sur les animaux
Depuis quelques années les grands singes ne font plus les frais de la recherche, mais certaines espèces sont encore utilisées dans des laboratoires de recherche médicale, pharmacetique ou cosmétique. Ce fut le cas pour des Macaques crabiers et Macaques rhésus que nous avons recueillis.

footer